Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'étranger de Charles Baudelaire

Publié le par afdj


- Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? Ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d’une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L’or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !

Le Spleen de Paris I (Petits Poèmes en Prose)
Commenter cet article
P
très joli petit poème.....
Répondre
S
Très joli poème. Et c'est vrai qu'avec tous ces nuages aujourd'hui, le spleen aurait tendance à s'installer ...Vivement le soleil ! 
Répondre
A
magnifique ce poème, on les voit passer juste en le lisant! j'ai fait la sieste dans le jardin cet après midi et je me suis absorbée dans leur contemplation!<br /> bises
Répondre
B
un joli poème, moi aussi j'aime les nuages...sauf quand iils sont tout noirs comme en ce moment...hihi..; bisous... bonne soirée Alice
Répondre
M
tres jolie
Répondre