Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

NOTES pour haïkistes en herbe et confirmés ....

Publié le par Au fil des jours

 

Enfantillage2 cover

  "Enfantillage"     publié chez Lulu  : ma vitrine

 

 

**************

 

 

Origine du Haïku

 

Le haïku, (prononcez   A- I - Cou  ) terme créé par Masaoka Shiki (1867-1902), est un petit poème qui fait partie de la culture et du patrimoine japonais, et dont la paternité est attribuée à Matsuo Bashō (1644-1694).

 Il s’agit d’un poème extrêmement bref visant à dire l’évanescence des choses : un moment de la vie, un instant de nature au  rythme des saisons.

 

 

  Comment écrire un haïku? Comment progresser ?

Est-ce que le tercet que j'écris est un haïku ? 

 

Je vais essayer de vous donner quelques éléments de réponse,  mais je ne ne prétends pas que ce soit la vérité, c'est mon interprétation de ce que j'ai lu, appris sur le sujet .

 

Le haïku est un long apprentissage où il s'agit de faire « ressentir »
(et non de dire) les sensations ou émotions.

Le haïku, l'art de suggérer
l'instant fugitif, la retenue,
le non-dit, l'implicite

 

Ce qui me semble le plus important, avant même la rythmique du 5/7/5 (*) ,

c'est l'ancrage  

  • l'ancrage du haïku dans le « présent immédiat ».

  Ce qui n'empêche pas d'évoquer le passé et le futur (avec subtilité ) 

 

  • l'ancrage du  haïku  dans une  saison

Une règle d’écriture du haïku importante est de toujours utiliser un mot ou une expression permettant de situer le tercet dans une des quatre saisons : printemps, été, automne et hiver. Ces mots, au-delà de la mention elle-même de la saison, peuvent désigner des animaux associés à la saison, des végétaux, fleurs ou arbres, des activités humaines ou des phénomènes naturels ; ils sont appelés kigo .

Le mot de saison est donc explicite, par exemple Printemps  ou suggestif, par exemple "brin de muguet" , kigo de Printemps car il fleurit au printemps, "Hirondelle" annonçant  le printemps , c'est un kigo de printemps..

 

  •  l'ancrage du  haïku  dans le monde physique,  l’environnement et dans notre imaginaire. 

 

Le haïku parle de perceptions concrètes » issues de nos seuls « cinq sens ».

 

Le haïku est l'art de suggérer une impression sous-jacente, une impression plus ou moins déductible par le lecteur sans la lui imposer explicitement.

 

Il est difficile de faire ressentir une impression, une sensation, une émotion ;

Au lecteur de ressentir selon sa perception des choses et son humeur du moment.

 

 

Les sentiments ressentis ne sont pas exprimés directement mais évoqués par une image naturelle

 

Il existe des éphémérides  épertoriant les KIGO S  . Je vous recommande

LE SAIJIKI :  http://www.osk.3web.ne.jp/logos/saijiki/

 

 

  • Un haïku est donc « un instantané » ,

un peu comme une photo bien composée avec 2 plans : avant-plan et arrière-plan

Il est bien d'en faire ressentir l'espace entre les 2 plans

C'est l'espace dans lequel le lecteur est susceptible de se glisser...

 

  • Un haïku comporte une césure

C'est une  respiration entre les 2 phrases indépendantes qui composent le haïku

sans redondance de mots , pour atteindre le  point focal là où on veut mener le lecteur. 

 

 

Attention : Éviter de placer une césure  qui couperait la suite logique d'une expression.

Astuce : mettre à plat le haïku en séparant les 2 phrases indépendantes, placer la césure entre les 2 soit en fin de ligne , soit en début de ligne (voir au milieu de L2)

 

  • Le haïku  nécessite le détachement de l’auteur. 

Le haïku ne se contente pas de décrire les choses, il nécessite le détachement de l’auteur. 

  • le haïku fait juxtaposer l’immuable le fugitif

Selon Bashô, un poème achevé doit révéler dans le même temps l’immuable, l’éternité qui nous déborde (marqué par le kigo, mot-saison présent dans le haïku) et le fugitif (l'éphémère) qui nous traverse (petitesse du poème). Toute l’ambiguïté est là : le haïku parle des choses simples, triviales, des choses de tous les jours, le long des chemins sans gloire de la vie quotidienne

 

  • le haïku fait dans la simplicité (mais  n'est pas simpliste)

  Un enfant doit pouvoir comprendre la signification du haïku :   pas de héros, ni de supers pouvoirs. C’est “simplement ce qui arrive en tel lieu à tel moment” (Bashô).

 

Sobre, précis, subtil, dense, sans artifice littéraire, il évite les marques habituelles du poétique, telles la rime et la métaphore.

 

  •   le haïku est un échange entre l'auteur et ses lecteurs

  Le haïku est un  poème  ouvert où  chacun puisse y trouver son propre sens. 

 

 

  •   Au sujet de la ponctuation ,

il y a deux tendances :

 

1 - sans ponctuation , avec majuscule en début de chaque ligne

 

2 - avec ponctuation habituelle :

. , ; - --  ... , !  etc, avec  majuscule au début  ,  un point  en fin .

 

 

Pour ma part, j'ai commencé avec la tendance 1), et  maintenant je préfère et suis la tendance 2 , cela me semble plus proche de la réalité.

 

Un peu de ponctuation (surtout pour la césure) mais pas trop ,

Ponctuer chaque ligne (, . etc...) et à l'intérieur de ligne  alourdit le haïku .. et rompt la fluidité . "point trop n'en faut"

Tout est question de mesure.

 

2 bis

J'ai encore évolué ... sans majuscule et sans point final our ne pas "fermer" le haïku (mais c'est un long débat ... chacun fait comme il sent)

 

 

 

Le haïku n’exclut cependant pas l’humour, les figures de style, mais tout cela doit être utilisé avec parcimonie, avec finesse, sans insistance ..

Le haïku  doit pouvoir se lire en une seule respiration et de préférence à voix haute. Il incite à la réflexion. C’est au lecteur qu’il revient de se créer sa propre image. » (Wikipedia : Haïku)

 

 

  • Rythmique 5/7/5

"5-7-5" est un concept de base, mais non strictement requis ni dans le passé, ni maintenant.

  La plupart des haïku suivent cette exigence, mais il y a des exceptions. Ce n’est pas indispensable, ni ne l’était dans le passé. Des haïku  « free style » sont aussi reconnus comme étant des haïkus.

Cependant, il est recommandé aux novices de respecter cette règle.

 

Un des plus grands maîtres de haïku  aurait dit « respectez la règle, mais pour être vraiment un auteur de haïku, vous devez être libéré de la règle ».5-7-5 permet d’avoir un bon rythme en japonais, mais ce n’est pas nécessaire, et ce ne l’était pas non plus dans le passé.

       " ji-amari" qui signifie “des syllabes en plus” et  "ji-tarazu " qui signifie des “syllabes en moins” sont aussi acceptables.

       C’est la signification du haïku  qui est la plus importante.


 17 syllabes réparties en trois lignes de 5, 7 et 5. (on verra les adaptations à cette règle classique)

Mais cette  rythmique est controversée, la tendance actuelle de laisser cette contrainte au bénéfice d'une rythmique libre ... Cependant il est vivement conseiller de garder le court/long/court (aux exceptions près ) ...

Personnellement il m'a fallu des années pour comprendre que l'on peut être très incisif en se dégageant de cette contrainte ...

La traduction en français des haïkus des Maîtres Japonais  n'est presque jamais en 17 syllabes originales.

Au Japon, les haïkus s'écrivent généralement sur une seule ligne, la rythmique est le plus

souvent dictée par la forme 5/7/5 ancrée depuis des millénaires dans les oreilles nippones.

La forme 5/7/5 est recommandée pour les haïkus en langue française, mais il faut oublier de "farcir" les lignes de mots inutiles, redondats, orphelins pour l'atteindre .

 

"Ecrire 3 lignes de 5-7-5 " ne suffit pas pour qualifier

un tercet  de haïku

 

trois conditions doivent être réunies :
1° un ancrage dans l'instant

2° aucun jugement
3 ° des mots concrets

 

Dans un haïku , des non-dits sont perceptibles

 

 

 

 

Article révisé le 11/12/2012  ... toujours en cours de compléments et précisions ...

 

Commenter cet article

anda 22/06/2014 17:05


bonjour Marie-Alice,


Profitant d'avoir un peu de temps, je découvre cette rubrique riche en infomations et conseils bien utiles pour la débutante que je suis. Je me suis lancée dans l'écriture de haïkus de façon
intuitive, il me reste à assimiler les règles  et à les appliquer !


merci pour ce guide à consulter de temps en temps .


amitiés                          Anda


 

Lenaïg 30/06/2013 23:00


  Merci beaucoup, Marie-Alice, et Liliane ! Bises à vous deux et bel été, des coucous par-ci par-là.

Lyonnel Groulez 23/03/2013 09:24


Je découvre cette page un peu par hasard. Elle est pourtant essentielle. Bien d'accord sur le côté instantanné, le souffle aussi. Même si nous ne le rendons pas toujours.

Au fil des jours 23/03/2013 14:45



J'ai écrit cette page pour aider les inscrits au Coucou du haïku ..  je suis contente que tu la lises  et l'apprécie.



josette 12/12/2012 00:04


un article magistral...du travail à l'horizon... le plaisir d'écrire ne suffit pas hélas, difficile de se départir de la poésie qui m'a et me berce encore !


bonne nuit Marie-Alice

Au fil des jours 12/12/2012 08:39



Tu as la chance de pouvoir écrire dans les styles différents les idées sont communes  (poésie commune et haïku)
c'est la formulation qui est différente et avoir confiance en soi pour appliquer quelques règles .



eliane 11/12/2012 23:41


Lisez les "enfantillages" d'Alice ,vous serez ravies !! 


Eliane

Au fil des jours 12/12/2012 08:42



Merci Eliane


Dans "Enfantillage" , on trouvera entre autres l'application des règles (en principe)  en toute simplicité ....c'est beaucoup plus facile à lire que cet article ... heureusement !